Pause estivale pour la BiblioDebout et bilan

Depuis plus d’une semaine maintenant, notre Commission a décidé de mettre en pause la BiblioDebout, après plus de 100 jours au côté du mouvement. Nuit Debout s’est donné rendez-vous le 31 août pour réinvestir la Place de la République. Nul doute que nous serons de retour aux côtés de nos camarades pour reprendre la lutte contre la Loi Travail et son monde. D’ici-là, nous ne nous interdisons pas de remonter la BiblioDebout, sur la Place de la République, si l’occasion s’en présente. Nous annoncerons sur ce site les dates des prochaines installations de la BiblioDebout et nous diffuserons l’information aussi sur les réseaux sociaux.

La BiblioDebout appartient d’ailleurs à ceux qui la font et chacun est libre de reprendre cette idée et de la faire vivre à sa manière.

biblio

 

Nous publions ci-dessous un texte écrit par une des membres de notre groupe, qui résume bien notre état d’esprit, ainsi qu’un bilan de ces 100 premiers jours d’occupation de la Place réalisés à la demande de Gazette Debout.

100 jours à animer une bibliothèque éphémère souvent avec quelques cartons et livres en partage. 100 jours de poésie. 100 jours à ajuster notre perception de Biblio Debout. 100 jours passionnants… Biblio Debout continuera de s’inventer, de prendre des chemins de traverse, de se diviser parfois et se trouver toujours. 

Biblio Debout au sein de Nuit Debout, c’est nous avec notre désir de combattre l’endormissement de la pensée et oser rêver l’impossible. Partager des savoirs, exister, nous reconnaître, nous respecter et permettre à chacun d’entrer dans le mouvement, c’est ainsi que nous avons agi.

Avons-nous réussi notre pari de dépasser les barrières sociales et culturelles ? Pas encore. Mais quel chemin parcouru ! Car, ensemble, nous avons dessiné une forme de citoyenneté inédite en exprimant des exigences sociales, culturelles, écologiques, en démontrant à quel point l’espace public échappait au commun.

Et le pouvoir a bien compris que se dressait devant lui une force incontrôlable, ingouvernable, d’où sa violence à l’égard de notre mouvement. En cela, nous avons déjà gagné. Plus rien ne sera comme avant car nous existons désormais.

Nuit Debout s’efface pour un temps afin de mieux renaître comme une promesse magnifique. Parce que tout reste à faire à notre manière informelle et libre qui déplaît tant à l’oligarchie.

Bilan des 100 premiers jours de BiblioDebout (réalisé pour Gazette Debout)

Nom de votre commission

BiblioDebout

– Nombre de personnes qui participent (environ)

Une vingtaine de personnes se sont relayées pendant 100 jours sur la place (avec des profils divers : bibliothécaires professionnels, étudiants, chômeurs, journalistes, libraires, auteurs, etc.), pour monter la BiblioDebout.

Quatre vingt personnes inscrites sur notre liste de discussion (très active pendant 100 jours).

Et des centaines de personnes sont passées donner, ou prendre des livres, échanger, partager.

– Fréquence de rassemblement sur la place

Tous les jours au début, trois fois par semaine depuis mi-juin (surtout le week-end). Aux Lilas certains vendredis.

– Site internet, page facebook et compte twitter

Site Internet : http://biblio-debout.org/

Compte Twitter : https://twitter.com/bibliodebout

– Quelles sont les grandes thématiques sur lesquelles vous avez travaillé ?

Échange de livres et fichiers numériques, biens communs, culture, art , partage des connaissances.

– Quels sont les projets qui ont abouti ? (cela peut-être un texte, la venue d’une personnalité, une manifestation organisée, une réunion importante)

-Creátion d’une liste “Debouthèque Idéale” pour répondre à la question : “Que voulez-vous que la Nuit Debout lise?”. Elle se faisait sur un panneau à post-it sur la la place, ensuite retanscrite sur un tableur.

– Organisation de deux débats (un sur les Communs au sein de notre commission et un sur les liens entre les Communs naturels et les Communs de la connaissance avec Ecologie Debout)

– Débat avec un ancien indignado sur la comparaison entre les mouvements sociaux (15M/Nuit Debout)

– GrainoBiblioDebout : rapprochement de la BiblioDebout et de la Grainothèque de la commission Ecologie Debout

– Biblio Musée Debout : rapprochement de la BiblioDebout et du “Musée Dehors” de la Commission Musée Debout

– Biblio Debout Mobile : présence de la BiblioDebout en format réduit lors de plusieurs manifestations (avec notamment notre Pirate Box pour partager des fichiers).

– Speedbooking : rencontres organisées pour que des personnes viennent parler des livres qu’elles souhaiteraient que les autres participants à Nuit Debout découvrent

– BiblioDebout dans une nasse : présence de la BiblioDebout lors de la manifestation du 5 juillet devant l’assemblée nationale, qui s’est terminée par une nasse de la police. A ce moment-là, Nous avons monté un atelier improvisé avec Poésie Debout.

– Participation au Dôme “Partage des Savoirs” : lors du week-end festif organisé pour les 100 jours de Nuit Debout, Biblio Debout et d’autres commissions thématiques (TVDebout, numérique) ont crée un dôme fait en tubes de PVC sur la thématique du partage des savoirs. En plus de l’echange de livres, nous avons fait des tutoriels, notamment comment créer des oeuvres sous licence Creative Commons.

– En quoi Nuit Debout vous a aidé à mieux faire connaître votre combat ? A vous exprimer sur les problématiques de votre commission ?

Pour beaucoup d’entre nous, Nuit Debout a été l’occasion de prendre conscience que nous pouvions nous rassembler et nous organiser pour constituer et faire durer une ressource utile comme une bibliothèque partagée, en la gérant comme un Commun.

Nous avons observé plusieurs choses : 1) comment on peut créer cette ressource à partir de peu de choses (un banc, un bout de carton, des post-its, un marqueur) 2) A quel point cette ressource est vitale d’une part dans un mouvement d’action collective et d’autre pour les personnes marginalisées dans l’espace public (voir anecdote ci-dessous). 3) Nous avons pu gérer ce commun grâce aux dons conséquents qui arrivaient même les jours de pluie torrentielle. Ce flux était passionnant à gérer mais aussi problématique : faut-il tout accepter et tout remettre en circulation ? Pouvons-nous faire un choix dans ces collections, à l’instar des bibliothèques quand ils décident de leur politique documentaire ? Nous avons débattu entre nous et avons décidé de ne pas faire des choix.

Cela a aussi été une manière de coopérer et de nouer des contacts avec les membres des autres Commissions de Nuit Debout (notamment les Commissions structurelles : Logistique, Accueil et sérénité, Cantine, Radio et TV Debout, Hacking Debout, etc.)

– Que retiendrez-vous de ces 100 jours d’occupation sur la place ?

Avec des moyens très limités, nous avons réussi à mettre en partage des milliers de livres qui ont circulé parmi les participants du mouvement Nuit Debout et au-delà. Cela dépasse de très loin ce que nous espérions au début lorsque nous avons lancé la BiblioDebout.

Par ailleurs, le concept de la BiblioDebout a été repris dans de nombreuses autres villes où des mouvements Nuit Debout ont eu lieu (Toulouse, Lyon, Montpellier, Marseille, Rennes, Caen, etc.)

Beaucoup de nos membres ont par contre été durement éprouvés par les violences policières durant les manifestations, avec le sentiment d’une dégradation révoltante de nos libertés.

– Avez-vous déjà prévu des choses pour la rentrée ?

Nous devons encore nous rassembler pour décider ce que nous ferons à la rentrée. Mais nul doute que la Commission Bibliothèque sera là, si le mouvement Nuit Debout se reconstitue.

– Une anecdote qui vous est chère.

On en a plein ! Un vieux monsieur qui est venu nous demander pendant des jours et des jours un dictionnaire, parce que le sien datait de 1940. Nous lui en avons finalement trouvé un, donné par une association, et il est revenu presque tous les jours ensuite nous remercier. Ou la fois où nous avons recu un don de livres venus de la People’s Library du mouvement Occupy Wall Street. Nous avons reçu beaucoup de dons d’éditeurs, ou directement des auteurs (avec leur autographe), notamment… un don du frère du Che Guevara !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *